A la découverte des nouveaux membres du bureau


Présidente : Tali Levy


TaliJe m’appelle Tali Levy, j’ai actuellement 19 ans et je suis en deuxième année à la Grande Ecole du Droit. Je viens du lycée Hoche de Versailles, et y ai passé un Bac S spécialité mathématiques.

Bien que beaucoup d’étudiants pensent que les études de droit ne correspondent pas aux bacheliers issus de S, je suis persuadée que cette filière m’a beaucoup apporté, et m’a permis d’acquérir de bonnes méthodes de travail qui me servent quotidiennement dans mes études de droit.

En dehors de ma vie étudiante à la Grande Ecole du Droit, j’aime également beaucoup sortir, voir des amis, faire du shopping… et je suis également membre des Eclaireurs et Eclaireuses Israélites de France, mouvement scout auquel je consacre beaucoup de mon temps libre.

Depuis le 1er février 2018, j’ai également la chance d’être la Présidente de l’AEGED. Je suis particulièrement fière de représenter l’association de notre diplôme, et suis extrêmement motivée pour cette année à venir, persuadée que nous réussirons à réaliser des projets à la hauteur de nos ambitions.

J’ai la chance d’avoir à mes cotés un bureau sur lequel je peux compter, et des chefs de pôle prêts à se dépasser pour faire rayonner notre diplôme, et offrir à tous les étudiants la vie étudiante dont ils rêvent!

Ces quelques semaines à la tête de l’AEGED ont été pleines de belles expériences, et je suis persuadée que cette année ne m’apportera que du positif.


Vice-Président : Mathis Aubry-Lallement


MatisEnthousiaste et déterminé, breton fier et bien mouillé, c’est avec l’ambition de devenir avocat que j’ai rejoint les bancs de la faculté.

Après une filière ES qui m’a permis de me découvrir un grand intérêt pour l’économie, c’est avec joie qu’au sein de la GED mon chemin se poursuit !

Basketteur hors des amphis, j’aborde mon poste de Vice-Président comme le meneur de jeu que je suis. Toujours en relation afin de mettre à exécution les instructions de Coach Tali, j’aspire à devenir celui grâce à qui le jeu se fluidifie.

Altruiste et informé, afin de vous motiver et de pouvoir au mieux vous conseiller, mon maître mot sera la spontanéité ! Attiré par ce poste pour la polyvalence de ses fonctions, je suis persuadé que sa pleine exploitation ne pourra se faire que dans la plus grande collaboration. Avec la volonté de vous permettre de profiter autant que moi de la vie associative, je vous enjoins à vous investir car je n’hésiterai jamais à faire la passe décisive !


Secrétaire Générale : Claire-Emeline Auduc


Claire-EmJ’ai obtenu mon bac ES à l’Institut Saint Dominique de Mortefontaine. Ayant vraiment découvert la GED lors de la première journée des oraux en 2016, j’ai immédiatement apprécié l’esprit d’entraide voire d’amitié qui semblait lier les étudiants de cette formation si singulière.

J’espère, par ce poste de secrétaire générale, pouvoir mettre les compétences précédemment développées par mes engagements associatifs au service de la GED.

Outre la gestion des formalités administratives, contribuer au rayonnement intérieur et extérieur de la formation, la faire évoluer, maintenir des liens étroits entre les promotions et alumni, travailler en collaboration avec tous les membres du bureau et des pôles sont autant d’objectifs que j’espère mettre en œuvre pour cette année à venir.


Trésorière : Roxane Tsiela


roxanneVenant d’une petite bourgade tranquille du 92, j’ai d’abord eu un bac S mention bien avant de choisir le droit. Pour me distraire, j’adore regarder des séries (How To get away with murder, Empire, Game of Thrones…) et j’aimerais également reprendre le sport et particulièrement l’athlétisme que je pratiquais autrefois.

Je souhaitais être trésorière car ce poste se rapproche de ce que je veux faire plus tard, c’est à dire travailler dans le secteur fiscal ou financier et parce que cela me plaît d’avoir des tâches aussi sensibles à effectuer. En effet, cela me permettrait de me responsabiliser plus rapidement.

Je suis donc heureuse d’avoir été élue et d’avoir la confiance de toute la Grande Ecole du Droit pour pouvoir mener cette mission à bien.


Pôle promotion : Dorian Revillon d’Apreval et Tom Bardoux


Dorian Revillon d’Apreval :

dorianJe m’appelle Dorian Revillon d’Apreval, je suis co-chef du Pôle Promotion avec Tom Bardoux. J’ai fait un baccalauréat ES, j’ai pratiqué le piano durant plusieurs années ainsi que différents sports, j’aime explorer différents domaines.

J’ai toujours aimé le pôle promotion justement pour ses missions variées, et j’y ai un attachement particulier du fait qu’il m’a permis de découvrir la GED durant les portes ouvertes et à travers la brochure.

Avec Tom, j’aimerais améliorer la visibilité de la GED en diversifiant nos supports de promotion afin d’atteindre un public toujours plus large de lycéens, ainsi que nous faire connaître encore mieux des professionnels du droit grâce à notre partenariat avec l’AFJE.

Je suis très enthousiaste en vue de cette année à l’AEGED, et donnerai le meilleur de moi-même pour accomplir le maximum de projets avec Tom.

Tom Bardoux :

TomIssu d’un baccalauréat littéraire, mon intérêt s’est toujours porté vers les activités culturelles. Les langues étrangères me passionnant, j’ai cherché depuis le collège à approfondir mes connaissances linguistiques en anglais et en espagnol.

Aujourd’hui, j’étudie durant mon temps libre le néerlandais. Le théâtre est également l’une de mes passions et jusqu’en terminale je faisais partie d’un club. Je continue cependant à assister à de nombreuses représentations.

Avec Dorian nous venons de reprendre le pôle promotion de l’association de la Grande Ecole du Droit. Nous chercherons à étendre la visibilité de la formation tant chez les professionnels que chez les étudiants. Il s’agit également de donner une image dynamique de notre école qui est en constante évolution.

Pour mettre en place nos objectifs, nous comptons faire participer toutes les générations aux missions proposées pour maintenir cet esprit de corps qui nous définit. Nous sommes très motivés et avec l’aide du bureau nous parviendrons à atteindre nos objectifs.


Pôle intergénérationnel : Pierre Ponsoda


 

pierreJe suis Pierre Ponsoda et ayant soufflé ma 20e bougie l’année dernière, vous comprendrez que j’ai fait un petit détour dans mes études avant d’atterrir à la faculté de Droit.

J’ai en effet eu la chance d’intégrer une école d’ingénieur (INSA Rouen) pendant 1 an, ce qui m’a permis de me familiariser avec la vie associative et notamment découvrir la chose la plus importante à mes yeux pour une formation : ses membres.

J’aurai donc le plaisir de reprendre la direction du pôle Intergénérationnel de la Grande Ecole du Droit.

C’est un pilier riche en ressources et en potentiel que j’ai la charge de valoriser au cours de cette année de mandat. L’objectif sera avant tout de réaliser un suivi concret et impliqué des missions dans lesquelles le pôle est investi, tout en incluant systématiquement un élève de première année afin de favoriser la transmission et l’efficacité du pôle pour les prochaines générations. L’expérience est formatrice, et je profiterai de cette opportunité pour enrichir nos camarades les plus jeunes.

Si les objectifs déjà identifiés sont à maintenir et à améliorer, il est certain que l’ensemble du pôle souhaite aller plus loin dans l’innovation associative à travers notamment la création de nouvelles missions. Une tête d’affiche : lier les promotions actuelles, sans perdre de vue les anciens, forts d’une expérience inestimable aux yeux des étudiants. Leur accessibilité passera avant tout par la création d’outils pour se connecter et l’encouragement tout au long de l’année des étudiants de la formation pour les contacter et ainsi les garder dans nos rangs.

Si l’on dit souvent que l’associatif permet de se familiariser avec les responsabilités professionnelles, le pôle intergénérationnel, je l’espère, en matérialisera la première porte. Pourtant, si la rigueur reste de principe, l’expérimentation associative doit avant tout rester un plaisir pour nos adhérents. C’est pourquoi j’estime que l’atmosphère étudiante ne doit pas disparaître.


Pôle digital : Ghislena Ly et Benjamin Rathelot


Ghislena Ly :

ghislenaPassionnée par la photographie et les montages vidéo, j’obtiens un bac en sciences économiques et sociales avant de rejoindre la formation. A côté de cela, j’étudie la langue chinoise depuis maintenant 10 ans et suis animée par la volonté de renforcer les relations économiques et commerciales franco-chinoises à l’issue de mes études.

J’assure en tant que co-chef du pôle digital avec Benjamin, la renommée et la communication de l’association sur les différents réseaux sociaux.

Mon principal rôle est de promouvoir les évènements organisés par la GED, qu’ils soient formels tels que les Afterworks, ou informels, comme les voyages de promo.
C’est à travers une vaste politique de communication animée par le développement de vidéos promotionnelles, représentatives d’un certain esprit de « Grande École » que j’entends m’investir dans le pôle.

Benjamin Rathelot :

Benjamin REn deuxième année à la GED, j’ai rejoint l’Ecole après un bac littéraire spécialité droit à Paris. Outre le droit, je pratique des arts martiaux et mène une aventure entrepreneuriale. Ayant repris la charge de chef de pôle avec Ghislena, je compte y apporter mon dévouement et expertise.

Développeur informatique depuis de nombreuses années, je me suis orienté vers une carrière juridique tout en souhaitant un jour pouvoir allier ces deux domaines qui tendent à se rejoindre de plus en plus. Prendre en charge le digital au sein de la GED, c’est déjà porter une première pierre à l’édifice. Au sein d’une équipe motivée, je suis certain que nous parviendrons à accomplir beaucoup.

Il s’agira pour le pôle de reprendre ses fonctions régaliennes telles que la gestion des réseaux sociaux, des sites, de la communication en ligne. Le pôle digital a toujours été au cœur de l’association, néanmoins ses activités peuvent être développées. En cela, nous avons décidé de mettre l’accent sur de nouveaux axes, tels que la formation et le graphisme.

Parce qu’il est important de former les futures générations de la GED à la reprise du pôle, mais aussi plus globalement parce qu’il peut être novateur pour la GED d’avoir la possibilité de monter en compétence sur le digital, nous allons œuvrer à cela en favorisant le transfert du savoir au sein du pôle pour ses activités (Photoshop, mise en page, gestion de site, montage vidéo…).

Afin de cibler plus globalement la formation dans son ensemble, nous mettrons en place des « ateliers de digitalisation » pour promouvoir un domaine qui est désormais essentiel même au sein des fonctions juridiques (bureautique, automatisation de tâches, développement).

Enfin, nous collaborerons avec le pôle promotion dans le cadre de notre mission « graphisme » afin de les décharger de la mise en page des documents promotionnels et en cela de leur permettre de se focaliser sur le contenu desdits documents.


Pôle vie étudiante : Katia Setbel et Paul Pironnet


Katia Setbel :

KatiaJe m’appelle Katia Setbel, j’ai 18 ans et je suis étudiante en deuxième année à la Grande Ecole du Droit. A l’école, quand on m’a demandé d’écrire ce que je voulais faire plus tard, j’ai répondu « du droit bancaire et financier ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, je leur ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie.

Lors de la désignation du nouveau bureau de l’AEGED, Paul Pironnet et moi avons été élus co-chefs de pôle Vie Etudiante.

Une vision commune nous a réunis, et c’est la tête pleine de projets pour l’avenir de ce pôle que nous reprenons le flambeau. En ce qui me concerne, j’aimerais que cette nouvelle année de bureau soit placée sous le signe de la collaboration. Je pense qu’il est important de travailler main dans la main, non seulement au sein même de notre pôle mais également avec les trois autres. Nos camarades des pôles intergénérationnel, promotion et digital nous serons en effet d’une aide précieuse, par exemple lors de l’organisation d’événements importants comme la Cérémonie de remise des diplômes et le LLM Roadshow.

Le pôle Vie Etudiante continuera d’assurer ses missions habituelles (voyage de promo, Weekend d’Intégration), mais j’aimerais faire en sorte d’organiser davantage de sorties, dîners et événements ponctuels, qui permettront de créer des liens étroits entre les différentes promotions. Enfin, j’aimerais pousser la collaboration au-delà des frontières de la Grande Ecole du Droit en multipliant les événements, conférences et soirées avec les autres associations de la faculté.

Paul Pironnet :

paulComme on dit chez moi, « je ne suis pas venu ici pour tondre les ouailles (mouton) ». Car oui, moi, je viens du Poitou, et on ne rigole pas avec le Poitou. Bref assez parlé du Poitou…revenons-en aux choses sérieuses.

Je suis actuellement en deuxième année à la Grande École du Droit et j’ai la chance d’être le 3ème Poitevin à venir conquérir le Droit ici même dans la Capitale (bon promis j’arrête). Si je suis à la GED c’est pour devenir avocat fiscaliste, et pour gagner beaucoup d’argent…mais ça, faut pas le dire…oups. Comme je l’ai écrit plus haut, je ne suis pas venu ici pour tondre les moutons.

En effet en tant que nouveau chef du pôle Vie Étudiante avec ma consœur Katia Setbel je compte bien ajouter une graine de province à ce pôle tenu depuis trop longtemps par des Parisiennes (même si on peut les remercier pour tout ce qu’elles ont fait).

Le pôle Vie Étudiante est souvent décrit comme le pôle du « chill »…mais non malheureux. Eh oui ce pôle a pour principale fonction comme son nom l’indique d’animer la vie étudiante de la Grande École du Droit, à travers des événements variés. En passant de la soirée en boite/bar, des restaurants au Fouquet’s, ou des événements plus « solennels » comme la cérémonie de remise des diplômes, la Christmas de l’école, ce pôle sait tout faire un peu comme un couteau suisse ou comme un Poitevin. Or pour être un couteau suisse, en plus d’être suisse, il faut être polyvalent, rigoureux, responsable et à l’écoute.

Je n’irai pas jusqu’à me revendiquer révolutionnaire (vous comprendrez pourquoi) mais je compte bien avec Katia Setbel apporter un nouveau rythme à ce pôle ; un rythme plus axé sur l’écoute, sur la collaboration, sur le renforcement des liens entre pôles, générations et élèves.

N’oublie pas. « La GED se divise en deux catégories : ceux qui font vivre la GED, et ceux qui vivent la GED. Toi tu dois la faire vivre ! »