Une année en tant que présidente de l’AEGED

En janvier 2017, après quelques semaines de réflexion et l’approbation de mes camarades, l’aventure « présidence de l’AEGED » commençait…

« L’aventure » ou devrais-je dire la « folle, épuisante, incroyablement enrichissante et inoubliable année » commençait…

Etre présidente de l’AEGED se résume en quelques mots : observer-écouter-communiquer-négocier-motiver-coordonner-superviser-veiller.
Allant de la communication avec la direction et les étudiants, en passant par la négociation avec chacun d’entre eux pour voir aboutir de nouveaux projets, jusqu’au développement des relations avec les partenaires officiels… il est impossible de définir précisément la mission du président de l’AEGED.

Alors, si la diversité des tâches a entraîné quelques nuits écourtées, quelques litres de café engloutis et palpitations cardiaques accélérées, elle a, avant tout, été la source première de mon épanouissement durant cette année.

léa

On m’avait dit « tu verras, ça va être difficile » …bon…un an après, je ne vais pas démentir cette affirmation. Cependant, les difficultés rencontrées cette année me restent en mémoire comme l’origine d’un enrichissement incommensurable et du développement de nombreuses capacités.

A titre d’exemple : rien de tel que l’oubli d’une tâche demandée par la direction pour, dès lors, tenir un agenda précis, se mettre des rappels réguliers etc. Pour ma part, réussir à concilier toutes ces tâches avec mes études et ma vie personnelle a à 2 000% résidé dans les post-it et la rédaction quotidienne de « to do list »!

Certains diront que c’est très « bobo », d’autres (mes amis) diront que mon bureau n’était qu’un post-il géant et que j’étais parfois limitée à suivre uniquement mon planning…
Quoi qu’il en soit : sans ces petits bouts de papiers, je n’aurai pas survécu ! 😉
Alors, chacun sa méthode, l’essentiel est d’assumer les responsabilités et d’être heureux!

« Heureux » ! Oui, j’étais heureuse pendant cette année surchargée ! Je crois que je peux même dire que c’est ce « bonheur », ce plaisir à réaliser de beaux projets entourée de gens géniaux, qui a été la clé de la réussite.

En effet, s’il est vrai que déjà avant d’accepter ce poste, je connaissais mon goût pour les responsabilités, la gestion d’équipes et la construction de projets, c’est en « prenant des coups », en échouant, en me relevant, en recommençant encore et encore tout au long de l’année que j’ai pu challenger et confirmer cet attrait.

léa camille pierre

Enfin, accepter ce poste m’a non seulement permis de me découvrir mais également de découvrir mes camarades, nos professeurs, nos directeurs et les professionnels qui nous entourent. Le développement des relations avec chacun m’a notamment appris à mieux adapter ma communication, à écouter avec attention les demandes et intérêts et à exposer mon point de vue.

En bref, malgré les difficultés, ma profonde croyance en l’avenir de notre diplôme, au potentiel de chacun et à la force de nos actions collectives m’a permis de dépasser mes appréhensions, de me surpasser et de vivre, avec l’aide précieuse de mes camarades, une superbe année.

Léa Jouannin (GED3)