Un début de semestre fort en émotions

Une rentrée placée sous le signe de la découverte

Un mois de juin déjà bien chargé :

Pour les étudiants de la Grande Ecole du Droit, la « rentrée » a commencé bien avant le 2 septembre… À la suite de nos résultats Parcoursup, nous avons directement été mis en contact avec les responsables de l’Association des Elèves et anciens élèves de la Grande Ecole du Droit et un groupe avec les futurs étudiants a été créé. Je me souviens en avoir discuté avec des amis et ils m’estimaient très chanceuse de déjà pouvoir commencer à tisser des liens avec mes futur(e)s camarades de promotion. Même si ce n’était pas toujours évident d’être disponible pendant les vacances d’été, de nombreux événements ont été organisés pour se rencontrer en personne : pique-nique d’intégration, boire un verre dans un bar et sorties dans Paris furent autant d’activités qui nous ont été proposées. Nous avons donc eu une première impression de ce qu’était la vie à la GED bien avant le début de rentrée.

Premier contact avec la faculté :

Après des vacances passées rapidement, nous avons assisté à notre première réunion de rentrée et un véritable premier contact avec la fac dans l’amphithéâtre 1, merveilleux amphithéâtre dont il nous est rapidement apparu que nous y passerions plus de temps que dans notre propre chambre… En effet, c’était la première fois que je rentrais dans un amphithéâtre plein à craquer. Je me souviens m’être sentie véritablement heureuse et impatiente de commencer les cours dans cet environnement. La rentrée a été beaucoup moins stressante que je ne l’avais imaginé. Le fait de « connaître » ses futurs camarades était assez rassurant et nous avions hâte de se rencontrer enfin en personne, de découvrir les personnalités qui se cachaient derrière ces photos de profils Facebook. Nous arrivions avec, il faut le reconnaître, quelques longueurs d’avance.

Une reprise difficile…

Les premières semaines ont été, à bien des égards, les plus éprouvantes de ma scolarité. Mais je n’aurais jamais pu imaginer le changement brutal que la fac aurait été avec le lycée. En effet, nos professeurs du lycée étaient toujours derrière nous pour nous dire de travailler ; à la fac nous devons trouver la motivation en nous. Aussi, la méthode d’évaluation n’est pas la même, la différence d’apprentissage est grande entre les examens à intervalles réguliers et les partiels biannuels couvrant les notions de plusieurs mois à la fin de chaque semestre.

Je pense que nous avons tous, depuis toujours, ce stéréotype qu’à la fac il y a beaucoup de temps libre, pas beaucoup de cours, et du temps à revendre. En réalité ce n’est pas tout à fait le cas. Certes, l’université apporte extrêmement d’autonomie et de liberté, mais c’est sa force et sa faiblesse. Ainsi, il revient à chacun de se faire sa propre organisation, d’organiser son temps libre comme bon lui semble. Le côté positif est que nous sommes réellement maître de notre emploi du temps, mais l’inconvénient est que la tentation est grande de se dire que nous remettrons le travail au lendemain, de mal calculer son temps et de se retrouver débordé assez rapidement. Je pense que c’est une habitude à prendre.

Aux futurs étudiants qui aimeraient intégrer la GED ou tout simplement à celui ou celle qui souhaiterait poursuivre des études à la fac, il est important de savoir qu’entre TD et cours magistraux, la charge de travail est conséquente. Cependant, on s’habitue plus ou moins vite à ce rythme particulier, chacun trouve petit à petit la manière dont il travaille le mieux, que ce soit à la BU, en groupe ou seul dans son appartement universitaire.

…mais toujours accompagnée par la GED

Je pense que ce qui m’a beaucoup rassuré pendant cette période était de savoir que je n’étais pas la seule dans cette situation, que d’autres le ressentaient aussi. Ce qui peut faire peur est de se retrouver noyé.e dans un amphi de 300 personnes sans connaître une seule tête, mais cela n’a pas été mon cas. De plus, depuis le début de l’année, nous avons tissé des liens avec les étudiants de notre promotion.

J’aime beaucoup les cours du DU qui nous permettent de faire cours « comme au lycée », l’ambiance est beaucoup plus personnelle et les expériences bien plus concrètes que pendant les cours magistraux. Les cours de philosophie du droit, d’anglais de spécialité, de projet professionnel et de préparation à l’IELTS entre autres, nous permettent vraiment d’être acteurs, de réfléchir et de confronter nos points de vue, chose qui nous est malheureusement impossible de mettre en place en cours magistral. Comme mentionné, nous avions tissé des liens avec notre promotion, mais également avec celles supérieures.

Dès le début de l’année, nous avons été mis en contact avec nos marraines et parrains dans le cadre du tutorat mis en place chaque année nous ont véritablement aidés. Être accompagné par des professionnels, des praticiens du droit est une grande chance, mais pouvoir discuter de nos « problèmes d’étudiants » avec des promotions qui sont passées par la même expérience que nous est extrêmement bénéfique. Pour ma part, j’ai beaucoup de points communs avec ma marraine Déborah qui est en GED2, et qui, en seulement quelques semaines, m’a déjà prodigué de nombreux de conseils utiles et pratiques. Au cours de nos échanges, j’ai pu lui poser une question sur la manière dont elle avait vécu la rentrée de l’année dernière, en pleine période de Covid.

Comparaison avec l’année dernière en distanciel :

« Je retiens de l’année dernière une rentrée pétillante avec une intégration digne de ce nom et de belles amitiés naissantes intra et inter promotions. Malgré l’enseignement à distance par la suite, qui fut assez compliqué moralement, nous avons pu apprendre à nous connaître, notamment grâce aux différents évènements ainsi qu’aux liens de parrainage. Celui-ci fut réellement bénéfique au cours de l’année. Cette rentrée 2021 est l’occasion de faire plus ample connaissance mais aussi de renforcer les liens entre gedois. Par ailleurs, le suivi des cours se veut bien plus facile en présentiel, la participation en TD aussi ! L’esprit de promotion continue à se développer petit à petit grâce à ce retour sur les bancs de la fac, mais aussi grâce à la rencontre avec nos adorables GED1. En résumé, cette nouvelle rentrée promet une année riche et pleine de réussite ! »

Ces premières semaines ont donc été très enrichissantes, me permettant d’en apprendre aussi bien sur moi-même que sur mon organisation et mes limites. La GED m’a également déjà beaucoup apporté par son soutien constant et toujours bienveillant. Je prédis que l’année à venir sera encore plus enrichissante en connaissances, en expériences et en découvertes !

Livia LABELLE