La tradition continue : l’annonce d’un nouveau bureau pour une nouvelle rentrée !

L’AEGED désigne l’Association des Elève et anciens élèves de la Grande Ecole du Droit. C’est une association qui a pour but principal la promotion de la GED ainsi que l’organisation d’activités tout au long de l’année contribuant au bien-être des étudiants de la formation. Aujourd’hui nous vous emmenons à la rencontre des nouveaux membres du bureau de l’AEGED !

Présidente : Yasmine Soleymanlou

Aucune description disponible.

J’ai intégré la GED en L1 et je me suis investie dans l’association dès le début. J’ai participé à toutes les petites missions comme la GEDCake, la Course du Souffle (organisé par l’association Vaincre la Mucoviscidose), la commande des pulls GED… J’ai ensuite été nommée “apprentie” du pôle promotion, où j’ai notamment pu participer aux journées portes ouvertes de la GED ou encore organiser un live de présentation de la GED.

J’ai ensuite voulu concrétiser mon investissement au sein de l’association au niveau institutionnel, en étant élue Présidente de l’AEGED. Ce rôle consiste à faire le lien entre les étudiants de la GED et la Direction, mais aussi la représentation de l’AEGED. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je voulais devenir Présidente.

Premièrement, j’ai beaucoup d’ambitions pour la GED et je veux essayer d’actualiser le potentiel de cette formation. J’aspire à ce que le monde reconnaisse la GED pour ce qu’elle est, à savoir l’excellence même, tout en assurant un climat de bien-être au sein des promotions. Pour ce faire, j’ai beaucoup d’idées que je souhaite mettre en place. Une place au bureau de l’AEGED m’a semblé être le meilleur moyen pour les instaurer.

Une deuxième raison pour laquelle je suis Présidente est la professionnalisation qu’on obtient à travers un tel poste. En effet, je suis au contact de professionnels et j’organise régulièrement des projets à l’aide de mon (merveilleux) bureau : le travail d’équipe est constant. Par ailleurs, la Présidence suppose savoir gérer la pression, les moments difficiles, et faire preuve de leadership. Ces softs skills me seront très utiles une fois dans le monde professionnel, et par la même occasion, j’aurai également appris de mes erreurs, de sorte à ne pas le refaire une fois que je serai dans ce monde. Enfin, réussir mon mandat serait une belle preuve à moi même que je suis capable de faire tout cela.

Vice-présidente : Marine Philippe

Aucune description disponible.

Je me suis présentée au poste de Vice présidente de l’AEGED en mars dernier pour la simple et bonne raison que j’avais envie de me consacrer à cette association et de la tirer vers le haut, aux côtés de personnes dotées de cette même volonté. C’est un réel sentiment de fierté que de faire partie de ce bureau et de s’atteler quotidiennement à rendre l’ensemble de la GED fière de son association et de ce qu’elle permet de réaliser.

Il ne faut pas oublier cependant que nous restons des représentants, élus par nos camarades ayant cru en notre potentiel pour mener à bien les événements qui leur tiennent à cœur mais aussi proposer de nouvelles choses, à notre image, être à leur écoute et les représenter dignement.

J’estime beaucoup ce rôle qui m’a été confié, tant par la polyvalence qu’il induit que par l’image de « béquille » pour notre actuelle Présidente que j’aime donner. Je considère en effet devoir être un réel soutien pour les membres du bureau comme pour l’ensemble des étudiants. Cela passe donc par un réel contact avec ces derniers en tant qu’intermédiaire avec le bureau mais aussi en termes de conseil et d’écoute. Ainsi, pour cette nouvelle année que j’espère dynamique et fédérative, j’espère sincèrement être à la hauteur des attentes de chacun et relever ce beau défi que vous nous avez confié.

Votre chère Vice Présidente, Marine Philippe

Trésorière : Quitterie Bes de Berc

Ouvrir la photo

J’ai intégré la GED en septembre 2020 et j’ai tout de suite accordé une certaine importance à la vie associative. J’ai commencé par aider sur plusieurs petites missions et j’ai suivi, entre la L1 et la L2, le fonctionnement du pôle vie étudiante. Finalement, j’ai pensé pouvoir apporter plus à l’association en étant Trésorière que chef de pôle Vie étudiante.

Le rôle de Trésorière permet d’avoir une vue d’ensemble sur la vie de notre association puisque la majorité des missions ont un aspect financier. Être trésorière et membre du bureau c’est aussi être à l’écoute des éventuels problèmes (financiers ou non) des autres étudiants et essayer de trouver des solutions.

J’ai voulu être Trésorière dans un premier temps parce que je voulais être investie pleinement dans l’association mais également parce que je suis convaincue qu’un tel engagement est riche en enseignements, tant d’un point de vue professionnel que d’un point de vue personnel. Je suis ravie d’avoir été élue à ce poste et nous attendons avec impatience de nouveaux engagements pour les missions à venir.

Secrétaire général : Allan Demarle

Comme presque tout le monde, mon parcours à la Grande École du Droit a commencé sur « Parcoursup » après quelques frappes de claviers aguerries. Je cherchais une formation universitaire exigeante, qui permette aux étudiants de suivre un enseignement complet, tourné vers l’international. Par ailleurs, j’étais déterminé à quitter le sud de la France pour m’installer dans la région Parisienne, place juridique incontestablement reconnue. C’est en ce point que réside un des atouts majeurs de la GED : se situer au plus près des grands cabinets d’affaires et des directions juridiques des entreprises du CAC 40.

Après mon entrée au sein de la GED, j’ai rapidement pris goût à l’engagement associatif. Encouragé et épaulé par les promotions supérieures, j’ai notamment participé à l’organisation des Afterworks+ de la Grande École du Droit et à la Summer task force en partenariat avec l’AFJE. Fort de ces expériences, je souhaitais m’investir davantage pour la GED. C’est donc dans cette démarche que je me suis présenté au poste de Secrétaire Général.

Je crois profondément en l’esprit de corps qui anime ce bureau depuis son élection. Chacun de nous a à cœur de travailler en équipe pour faire régner un esprit de cohésion et répondre aux attentes des étudiants. La Grande École du Droit est une formation inédite, dotée d’atouts de différenciation majeurs, qui méritent d’être exploités au plus profond et portés au plus haut par le bureau, afin que la GED puisse pleinement rayonner. Cela doit être le fer de lance de notre action.

Responsable Digital : Diala Otmane

Aucune description disponible.

Promouvoir le diplôme de la Grande Ecole du Droit est une ambition qui anime tous les membres de l’association.

Lorsque j’ai intégré la GED , j’ai directement été attiré par l’attraction du pole digital pour contribuer à la promotion de notre formation. De plus, la gestion du site internet et des réseaux sociaux de la Grande École du Droit me permettent de développer des compétences informatiques que je n’aurai jamais su manier si je ne m’étais pas investie.

À tous ceux qui souhaitent apporter leur pierre à l’édifice au sein du pôle digital à l’avenir, n’hésitez pas, vous en ressortirez grandi !

Responsable Promotion : Inès Guemmi

J’ai intégré la GED complètement par hasard et je ne regrette absolument pas mon choix ! Ce qui m’avait le plus attiré était l’engagement non seulement des étudiants mais également des anciens étudiants de la formation. L’AEGED représente le cœur même de notre vie étudiante et il me semblait évident de contribuer à son bon fonctionnement. C’est pourquoi, en première année, je me suis proposée pour être apprentie au pôle promotion.

Ce pôle consiste à superviser tous les événements qui pourraient permettre de promouvoir de près ou de loin la formation. J’ai alors pu petit à petit m’imprégner des différentes missions et me rendre compte de la responsabilité que nous incombe le statut de chef de pôle… je suis tombée sous le charme ! Je suis alors devenue Responsable du Pôle Promotion de l’AEGED pour l’année 2021/2022. Je suis extrêmement motivée pour mener à bien mes missions au sein de ce pôle mais également d’accompagner au mieux les futurs apprentis !

Cette année sera pour moi l’occasion d’en apprendre davantage sur le travail de groupe et la gestion de projet mais également sur moi-même et ma capacité à me challenger. J’ai hâte de voir ce que nous réserve cette année qui je l’espère, se déroulera en présentiel.

Responsable Vie Etudiante : Ariane Furniss Malherbe

Anecdotes. Ma vision de la vie étudiante correspond à une abondance de moments de vie vécus dans la fleur de l’âge et que l’on conserve sous forme d’anecdote.

Outre la découverte des amphis, d’un nouveau jargon juridique et le stress de partiels, j’ai en première année pu avoir une nouvelle vision de la fac à travers diverses missions proposées par l’AEGED. J’ai pu par exemple sympathiser avec d’autres personnes de la faculté durant les GEDCake, appréhender les techniques commerciales pour les missions afférentes au pôle promotion ou encore constater la dimension professionnelle de l’organisation d’un week-end d’intégration et des soirées étudiantes.

Tout ceci s’est complètement arrêté avec la crise du Covid et l’année 2020-2021 a été particulièrement éprouvante pour les étudiants puisque les mesures gouvernementales nous ont imposé un distanciel complet, rendant impossible tout contact avec nos camarades.

Ma motivation pour ce pôle est donc de retrouver l’euphorie « GED » perdue de la première année et ce au sein de toutes les promotions, actuelles comme anciennes.

Cette stimulation de la Vie Etudiante se traduit par 5 valeurs clés que j’associe à ce pôle que sont l’équilibre, l’inclusion, le partage, la créativité et la connexion.

L’équilibre correspond au fait de trouver un bon rythme d’événements permettant à tous d’allier la vie professionnelle/ académique, la vie personnelle et la vie étudiante et associative. Ceci passe également par l’inclusion, soit ne pas proposer une seule version de la vie étudiante mais plusieurs, comprenant diverses activités relatives aux multiples intérêts que les étudiants partagent comme la musique, l’art, le sport, la cuisine et les soirées. Ainsi, chacun pourra participer à sa manière à la vie étudiante. J’entends également par inclusion le renforcement des liens avec les alumni ou comme on aime les appeler, les anciens, qui ne sont pas si anciens que ça en raison de la nouveauté de notre formation.

L’association de l’équilibre et de l’inclusion mène à la troisième valeur : le partage. En effet, la participation de tous permet de ne pas uniquement partager une vie professionnelle et académique mais surtout une vie personnelle. Se retrouver en dehors des cours, autour d’un repas, d’un verre ou d’un spectacle de ballet permet de créer et de partager des souvenirs.

La créativité est un parallèle de l’inclusion, puisque le pôle Vie Etudiante offre plein de possibilités qui émanent des étudiants eux-mêmes ; l’objectif étant que dans la créativité de tous chacun puisse introduire de nouvelles activités dans l’association.

Enfin, la connexion se réfère à l’importance de la Vie Etudiante dans la création de son réseau professionnel, point majeur durant les années fac. Avoir l’opportunité de créer dès aujourd’hui des liens avec des personnes qui seront nos futurs confrères ou collègues est toujours un plus pour le développement de notre vie professionnelle, d’autant plus dans le droit des affaires qui constitue un petit monde.

Une nouvelle aventure, un premier semestre

La (pré)rentrée

Après de nombreuses discussions via le groupe Messenger, nous, les GED1, avons enfin pu nous rencontrer pour la première fois ensemble pour assister à la réunion de prérentrée. On s’était donné rendez-vous 30 minutes en avance afin d’avoir le temps de discuter et d’apprendre à se connaître. Ce moment était vraiment rassurant. En effet, les peurs initiales de se retrouver isolé ont rapidement été oubliées. Tout le monde était très accueillant et on s’est vite rapproché(e)s, notamment grâce à la semaine d’intégration.

La semaine d’intégration

Cette semaine était une nouveauté à la GED puisque les années précédentes, il s’agissait de partir en WEI (weekend d’intégration). A travers cette semaine d’intégration, on a appris à mieux se connaître à travers différentes activités telles que des batailles d’eau ou des compétitions de danse et soirées organisées par les générations précédentes (GED2 et GED3). Même si ce n’était pas un WEI, cette rentrée reste un succès. De plus, on est passé de GEDrien à des GED1, sans oublier la tradition du parrainage. Certain(e)s se sont retrouvé(e)s avec un parrain/une marraine, et d’autre avec deux marraines. Enfin, pendant cette semaine, nous avons assisté à la réunion de rentrée officielle de la GED. Les noms qu’on nous avait donné pendant la semaine d’intégration portaient enfin un visage ! C’était notre premier contact avec la direction ainsi qu’avec certains de nos futurs professeurs.

Les cours/La vie pendant le confinement

Les trois premières semaines de cours se sont déroulées en présentiel. Ensuite, il y a eu un système d’hybridation qui a duré quelques semaines avant de passer au full-distanciel qui était beaucoup plus encouragé. Pour certains, le full-distanciel ne les dérangeait pas vraiment alors que pour d’autres, les problèmes de connexion se sont enchainés. C’est à ces moments-là que l’on s’est senti très content d’être à la GED. En effet, sans le groupe Messenger et les parrains/marraines, le semestre aurait pu être une horreur mais entre gedois nous n’avons pas hésité à s’entraider et à s’encourager mutuellement. Dès qu’une personne avait des problèmes d’internet, on le signalait au professeur. Ainsi, même si on ne pouvait pas se voir, les liens entre gedois n’ont cessé d’évoluer.

Le LLM Roadshow

Le LLM Roadshow s’est déroulé en ligne cette année. Tout d’abord, trois universités se sont présentées : Georgetown University, Cardozo University et Queen Mary, des universités très reconnues à travers le monde. En tant que GED1, c’était l’occasion de réfléchir un peu plus par rapport à cette fameuse année de LLM et d’en apprendre davantage par rapport aux différentes options qui nous sont offertes. Ensuite, plusieurs anciens élèves de la GED ont partagé leur expérience de LLM. Cette réunion était très utile mais plus que ça, cela a été un réel mood booster. En effet, le fait de voir ce qui nous attend et des anciens élèves qui sont en train de travailler dans des cadres internationaux nous a vraiment projeté dans l’avenir. Avant cet évènement, le LLM était quelque chose de très vague pour moi mais le fait d’avoir assisté à cette réunion m’a vraiment motivé à travailler pour pouvoir faire mon LLM de rêve.

L’esprit gedois persiste même pendant le confinement

Pendant le confinement, plusieurs moyens ont été élaborés afin de ramener la bonne humeur. Suite à la création d’une équipe appelée Gediconfinement, un compte Instagram ainsi qu’un compte discord ont été créés. Il y a aussi eu un débat sur l’élection présidentielle américaine. Enfin, les gedois se sont réunis autour de jeux tels que le loup-garou en ligne ou encore Among us. Ces jeux ont été beaucoup appréciés, surtout avec les premiers partiels qui arrivaient à grand pas. En plus de l’équipe gediconfinement, le pôle de promotion a finalisé le nouveau modèle de pulls de la GED !

Les premiers partiels

Etant donné que nous n’avions pas passé d’examen depuis le bac de français, ces premiers partiels ont été particulièrement stressants, notamment du fait qu’ils étaient doublés d’une incertitude. Au départ nous n’étions pas certains des conditions exactes des partiels : en ligne ? en présentiel ? quel type d’examen ? Heureusement, à quelques semaines de l’examen la plupart des professeurs ont pris des décisions : ce seraient surtout des Q.C.M. à distance. Maintenant, il ne restait plus qu’à réviser. Le seul examen qui était en présentiel était celui de droit constitutionnel mais en réalité, cela nous a donné l’opportunité de se revoir avant la fin de l’année !

La Xmas

Pour clore l’année, l’équipe gediconfinement a organisé une Xmas en ligne. Dans un premier temps, on a fait un récapitulatif de l’année, puis la direction a pu s’exprimer et enfin on a discuté entre nous dans des petits groupes. Dans un deuxième temps, des prix ont été attribués à différentes personnes suite à un quiz. L’humour et la bonne humeur étaient présents tout au long de cette soirée. On a donc terminé cette année et ce premier semestre avec le sourire aux lèvres 😉

Par Sarah INSDORF, étudiante en 1ère année à la Grande École du Droit

La Grande École du Droit pendant le confinement

Depuis le 28 octobre 2020, l’Université Paris-Saclay et la Grande École du Droit n’ont pas échappé au confinement et aux cours à distance.

Comment la formation a été impactée ?

La vie étudiante a été la première victime. En effet, les soirées inter-promotions, le week-end d’intégration et le voyage de promotion ont dû être annulés et il a été impossible de basculer ce type d’évènements en ligne. Fort heureusement, d’autres évènements ont été mis en place pour compenser cela comme l’organisation du projet « Remote life in GED » qui consiste pour tous les étudiants à se retrouver sur la plateforme Teams pour discuter d’un sujet donné en amont comme ce fut le cas pour le débat des élections présidentielles américaines. Un serveur Discord a également été créé pour divertir les étudiants grâce à des parties de jeux en ligne tel que le loup-garou et « Among Us ».

Il faut également noter que les visites de cabinet sont malheureusement annulées pour l’année à venir et que les cours des GED2 chez EY Avocats n’auront pas lieu. Un des seuls évènements qui a pu être basculé à distance est le LL.M Roadshow qui a eu lieu le 19 novembre en ligne. Un article sera d’ailleurs rédigé prochainement à ce sujet.

Les cours et TD sont bien évidemment tenus à distance mais un doute persiste sur la nature des partiels qui se tiendront en décembre : chaque professeur a le choix entre maintenir son examen en présentiel malgré le contexte sanitaire ou le faire passer en ligne. D’autres matières complémentaires ont été annulées par la faculté, comme les nouveaux ateliers mis en place cette année notamment les ateliers cassation et art oratoire car il était tout simplement impossible de les organiser en respectant les gestes barrières. Les stages et mémoires ont également été neutralisés pour les licences de droit classique.

Force est de constater qu’il est difficile de prédire l’avenir et de savoir si le deuxième semestre se passera encore en distanciel ou en hybride (1 semaine en distanciel et 1 semaine en présentiel en fonction des noms de famille ou des D.U). Les mêmes inquiétudes sont présentes pour les semestres prochains, ce qui est une variable à prendre en compte pour les candidatures de LL.M.

Si la situation sanitaire mondiale ne s’améliore pas d’ici là, la plupart des étudiants de 3e année envisagent d’entrer dans le M1 Droit des affaires de l’Université Paris-Saclay et de décaler leur LL.M d’un an.

Pour terminer cet article, voici quelques témoignages d’étudiantes issues des différentes promotions :

Gracia Apaloo et Riwa Khatab, 1ère année à la Grande École du Droit :  « Notre entrée à l’université́ s’est faite sans grande difficulté grâce à la GED qui nous a très bien intégrées. L’arrivée du distanciel nous a tous dépaysé et a permis de distinguer deux groupes de travailleurs au sein de notre classe : ceux qui arrivent davantage à s’organiser lorsqu’ils sont chez soi et ceux qui éprouvent l’envie à chaque bb collab de quitter la session et d’aller se rendormir (le lit étant à un mètre de nous). Le fait que les partiels soient à distance ne nous inquiète pas plus que cela. Travaillant chez nous depuis deux mois, ils semblent seulement être le prolongement de l’enseignement qu’on nous a dispensé. L’esprit GED, c’est beaucoup de social, beaucoup d’évènements auxquels on était impatientes de participer ont été annulés. Mais malgré cela, on a eu le temps d’apprendre à se connaitre avant d’être confinés. En réalité, on a été intégrés très rapidement, notamment lors de la première semaine. Il est impossible de se sentir seules durant le confinement. Il y a toujours quelqu’un de la GED avec qui parler, avec qui échanger ou se divertir (ou même avec qui se plaindre des cours). On n’a pas perdu l’esprit GED, il s’est transformé. La team gediconfinement nous a permis de se réunir dans la bonne humeur durant certaines soirées. Pendant ce temps, le pôle vie étudiante en a profité pour inaugurer un compte privé Instagram spécial GED pour divertir les membres du D.U (chose qu’ils réussissent à merveille) ».  

Yasmine Soleymanlou, 2e année à la Grande École du Droit : « Je suis un peu déçue de l’absence des visites des cabinets que j’attendais avec impatience lorsque j’étais en 1ère année. De même pour le LL.M roadshow, bien qu’il soit à distance, c’est beaucoup plus difficile d’aborder les doyens des universités qu’on souhaiterait intégrer en LL.M. Les matières de licence sont plus difficiles à suivre en ligne car tous les jours se ressemblent. Le fait d’être à distance a également dégradé les relations avec les gens de ma classe car je les voyais beaucoup moins souvent.

Les cours à distance ont eu au moins le mérite d’optimiser ma manière de travailler car je n’ai plus de temps à perdre dans les transports et je peux mettre ce temps à profit pour travailler mes cours. J’ai apprécié le fait que la GED puisse dispenser des cours tel que le cours de projet professionnel et gestion de projet, sans oublier les opportunités de la clinique juridique. La direction de la GED a été à notre écoute, à titre d’exemple, Madame Guegan a mis un projet de tutorat pour qu’on comprenne mieux la méthodologie du commentaire d’arrêt, un exercice assez compliqué à aborder pour des étudiants de deuxième année. Ainsi, mon expérience à la GED à distance est différente, avec des avantages et des inconvénients ».

Cléa Jegou, 3e année à la Grande École du Droit : « Suivre les cours à domicile n’est pas un problème pour moi, j’ai la chance d’être autonome et particulièrement organisée donc j’ai gardé un rythme soutenu pour comprendre les matières dispensées et les assimiler au mieux. Personnellement, concernant le LLM, je souhaite partir à Melbourne depuis le début de la deuxième année alors s’il faut reporter mon départ je le ferai. L’expérience du LLM est un tel accomplissement qu’il est inimaginable pour moi de l’envisager dans une chambre étudiante. Les relations étudiantes ont, elles aussi, été transformées. Difficile d’imaginer que quasiment la moitié de notre licence allait se passer seul, dans une chambre, face à nos ordinateurs. J’ai l’impression que l’ordinateur est devenu le seul endroit où la vie sociale est envisageable ce qui n’est vraiment pas l’idéal à 20 ans mais grâce à eux nous conservons des interactions essentielles à notre « vie étudiante » et je remercie pour cela tous mes camarades qui participent activement à ces échanges. »

Inès Elleingand, 4e année à la Grande École du Droit : « Concernant notre mémoire, les dead line restent inchangées pour l’instant ! Concernant nos LLM, la covid-19 aura eu des impacts non négligeables sur nos départs. Certains ont décalé leur rentrée d’un an, de 6 mois et d’autres ont opté pour un entre deux : le premier semestre à distance et le deuxième en présentiel si les conditions le permettent. Pour ma part, j’ai choisi de décaler ma rentrée de 6 mois. Je ferai donc ma rentrée le 19 janvier. A Boston University, les élèves ont la possibilité de choisir s’ils préfèrent assister en personne aux cours ou s’ils préfèrent y assister en zoom. Une formule « Learn From Anywhere » a également été mise en place pour les étudiants qui ne pourraient pas arriver à temps en raison des fermetures des frontières. La direction est bien consciente des difficultés auxquelles nous sommes confrontés. De nombreuses alternatives sont mises en place pour que les élèves continuent à interagir entre eux et des test fréquents sont demandés. »

Un grand merci aux étudiantes qui ont accepté de témoigner pour cet article.

Marion PERINA

Being part of a group

On September 18th 2015, the GED students gathered at the Tour First for the annual meeting with our partner EY. It was a new beginning that had a déjà vu feeling. For the older ones it was the start of another year and for the youngest, a smooth but enlightening way to discover a unique aspect of La Grande Ecole du Droit.

12167775_1539382729684961_1197196622_n

A warm welcome to the first year GED students with a home-baked cake.

The GED is an ever-changing structure thanks to the arrival of new students : each year more and more undergraduates choose the GED among the innumerable possibilities of APB (Admission Post Bac). The GED is growing and so is the importance and the need to have a stronger and cohesive team spirit. In order to strengthen our group dynamic, we honored a tradition established by our seniors: organizing events to welcome and integrate the GED1.

In this logic, the well-known GED freshers’ day has significantly been lengthened to a freshers’ week-end from September 25th to 26th (also called the WEI). The WEI took place in the Aube. Far away from Sceaux and its academic atmosphere. It is a way to enjoy each other’s company before tackling the huge amount of work given by October. Cheerful atmosphere, obstacle races, songs,… a whole week-end to discover each other and to reassert the bonds between the different years of the GED. Some students of the Law and Economy courses of Assas were also there to dance and sing with us. It was not just an occasion to get to know each other but also a way to discover our students’ secret talents.

12170168_1539382603018307_1704334510_n

GED students enjoying an activity during the WEI.

Then came freshers’ night that concluded this two weeks of integration.

12171366_1539382676351633_1764950937_o

Some GED students at the first WEI.

The will to integrate new GED students can also be seen in our every day lives. We remain a group that shows everyday its cohesion. For instance, the tutorial system has been reinstated this year to enable dialogue between the different promotions of the GED.

Being part of group, feeling integrated… Here are some examples of goals that we want to achieve with success.

Information collected by Elise Wagner
Written by Juliette Tironneau

Everyone remembers their first time.

For the Grande Ecole du Droit, it was the weekend of September 25th. This first WEI (Integration Week-End) was not only a success from an organizational point of view but also regarding the welcoming atmosphere. The holiday cottage, located in the region of Aube, as well as the mean of transport (coach) had been booked by Manon Bourdin (a second year student).

The setting was perfect for a chilled-out stay: a river, a wood, horses (the cottage was actually an equestrian centre). To cut a long story short: nature was surrounding us. The Association’s bureau spared no expense on food, or at least no one was thirsty… “What do the people want? Bread and circuses”: well, the first year students were well served. Indeed, a lot of “traditional” activities were put in place such as: a beret, an obstacle course, a musical quiz, a dance show off…

However this WEI’s success is not only due to the effective integration of the freshers but also to the alliance the Grande Ecole du Droit and the Bi-cursus Droit-Economie of Assas. Few of them were with us, but still, a bunch of courageous students from the Parisian Law University came in order to celebrate the beginning of the school year (for students, any event is an excuse for celebration).

In the end, this year started in a very exciting way for everyone: the GED1 discovered their mates, the GED2 discovered their little protégés and the GED3 are enjoying their last time in France before living for their LL.M next year.

By Tom Guelimi

The Grande Ecole du Droit at the Lysias competition: a success story

The Lysias contest is a must at our law school; it is both a speaking contest and an advocacy one. First year students (L1) plead in civil law, while second year students (L2) plead in criminal law. The competition consists on four rounds. Candidates have six days to deal with a topic and write a pleading either as a prosecutor or as a lawyer. Then two candidates compete before a jury composed of lawyers, teachers and secretaries of the conference.

 So the first round is made up of some undergraduate students in first year and 24 students in second year, some of whom were selected for the quarterfinals. For the last rounds, the jury designates the best candidates: four for the semifinals and finally two for the final. And then it is time for La Grande Ecole du Droit to make its voice heard. Indeed, five GED 1 and six GED 2 participated in this contest: Lydia BELKADI Tom GUELIMI, Ingrid BRUYAS, Allison CLOZEL Flora BOILLAUT, Elena AUCLAIR, Clemence LAMY, Inés RODRIGUEZ, Pauline BALAIRE, Alexis CORLAY and Ayoko DEGBOEVI.

The subjects tackled by students often resumed famous cases like the Oscar Pistorius one, but revisited. In addition, riddled with puns, they naturally lend themselves to humor, the jury assesses the true legal coherence of the argument but the ability to laugh, surprise or excite the audience.

Lire la suite

The mock trial in American contract law class

On Friday the 11th of April, the whole class had to be at 8 :30 AM at the EY offices in Neuilly for our last seminar about the LLM preparation for this semester. So we were all dressed up on that day and this was a good thing since it was precisely the day that Mr Einbinder, Professor of American contract law, had chosen to organize us a mock trial in class in the afternoon. Students had been divided into four teams, and we had been given the summary of the Texaco v. Pennzoil case weeks ago. Each team was assigned its part to prepare, either the defendants, the claimant or the judges, and was supposed to be able to conduct an argument as in a real trial.

mock trial

The funny thing was that even on our way back from EY to the University, some of us were actually already arguing the case while still in the train, confronting their respective arguments and sometime getting carried away, before the mock trial had even begun ! That’s how much we were into the game ! Anyway we got to the classroom, rearranged the chairs and tables to make it look like a court room and I, as one the judges, opened the session.

It was the first time any of us ever took part to that exercise and it was awesome. We had our one chance to be a Harvey Specter for 2 and a half hours, it was very exciting to hear some expressions we had only heard in movies coming out of our own mouths. Plus it was also very interesting to implement all we had learn from Mr Einbinder about american contract law and use it to defeat the adverse party.

I had a unique and thrilling experience which hopefully we’ll have the opportunity to repeat, I am very thankful to the professor for that idea !

Joaquim Traoré – GED 2

PROJECT MANAGEMENT : LET’S ACT LIKE A PROFESSIONAL

During our second year at GED, we are lucky to profit from a really interesting partnership with the world known brand Ernst & Young. That partnership gives us the opportunity to attend a project management class with Maitre Baller, who is in charge of Partner-Marketing Enablement, Sourcing & Employer Brand at EY.

Besides the prestige of EY and our excellent teacher, the class offers us a really interesting program. Indeed, even though most of us have already been involved in an important project, we never had the opportunity to work with professional tools in a professional context. Thanks to that class, we will improve some skills and abilities that would be very useful in our future career.

Project gestion

© Christophe Rabinovici
Lire la suite

Xmas Party 2013 @ EY Société d’avocats

On the 18th of december took place the third – and hopefully not the last – edition of the christmas party in Ernst & Young’s premises. This annual and hearty meeting was held by Mr. Baller which invited all GED classes from the L1 to the M2 to come and join him in a pleasant and relaxed atmosphere despite the exams approaching for many.

The christmas party was of course the occasion to welcome back the students who had proudly left for their LLM all around the world. In this respect, each student concerned received their diploma from the hand of Veronique Magnier who, we could tell, was undoubtedly proud of her students.

XMAS PARTY 1

© Christophe Rabinovici

Lire la suite